Animation au jardin,  Reflexions

L’après confinement au jardin de soins

Le covid 19 trace son chemin inéluctablement et nous oblige à bousculer nos habitudes, pas toujours en adéquation avec la Nature et notre propre nature. Plutôt qu’un repli sur soi, il est préférable selon moi de se concentrer sur la vie et sur l’après confinement.

La vie continue

La vie à tout prix

Ce n’est pas en voyant uniquement le négatif que cela fera avancer les choses.

Garder à l’esprit que le confinement terminera un jour, que la vie reprendra son cours normal et surtout que le jardin ne va pas s’envoler le temps du confinement. Au contraire !!!

Vous allez avoir une multitude de chose à faire, à redécouvrir et à découvrir.

Imaginez le plaisir de se retrouver, occupants du jardin de soins et, jardin en lui même.

Et si pas mal de boulot pour la remise en route sera nécessaire, dites vous que ce n’est certainement pas la motivation qui manquera, après ces semaines de confinement.

Voyons donc plutôt le verre à moitié plein que celui a moitié vide.

Rester positif

Oui l’annonce du nombre de patients hospitalisés et des décès un peu partout dans le monde donne le frisson. Les soignants doivent fournir une énergie incroyable pour maintenir le navire à flot. Garder la tête sur les épaules, tenir, malgré la fatigue et les tristes situations du quotidien.

Cependant, la morosité ne peut en aucun cas être d’une quelconque utilité, bien au contraire.

La vie continue, la Nature ne s’est jamais sentie aussi bien depuis plusieurs décennies.

Sans prendre de risques inconsidérés, nous sommes un bon nombre à pouvoir dès à présent, préparer l’après confinement

La pandémie, fait ressortir à la fois, les côtés les plus sombres mais aussi les plus beaux aspects de l’humain :  la solidarité, l’empathie, le partage, l’entraide, l’intelligence collective.

Et si nous prenions ce moment historique, comme un moyen de faire un monde meilleur pour demain ?

Et si cette période nous poussait à devenir encore plus créatifs, ingénieux ?

Anticiper le retour aux jardins

Au sortir du confinement, nous aurons tous un besoin urgent de retour à la Nature, du grand air et de moments de convivialité, de partage.

Patients, soignants, familles endeuillées, personnes guéries, confinés en ville sans espace extérieur… tous !

Dans les établissements de soins, il va sans dire que le jardin de soins sera pris d’assaut et nous devons être prêts pour ce beau retour sur l’extérieur.

S’activer de nouveau, ressentir le vent et les rayons du soleil sur les visages, plonger les mains dans la terre, sentir et ressentir la Nature bienveillante autour de nous.

Le jardin de soins est certes déserté en ce moment et toutes séances dans celui-ci est sans doute arrêté. Les esprits restent concentrés sur les gestes barrières et les soins à prodiguer à l’intérieur.

Pourtant, le jardin lui continue sa vie de jardin. Et nous aurons bien des surprises à notre retour !

Comment anticiper, ce retour ?

Comment garder des repères, maintenir les liens avec cette Nature si proche, mais encore inaccessible pour le moment ?

Je propose ci-dessous quelques pistes d’actions concrètes, à mettre en place, dès à présent :

Faire marcher le réseau

Restez en lien avec le réseau que vous avez l’habitude de fréquenter et voyez comment l’élargir grâce à des intermédiaires communs.

Le confinement n’empêche pas de maintenir le lien. Aujourd’hui grâce à l’informatique beaucoup de choses sont possibles. Il s’agit d’être créatif et de voir les choses différemment. La méthode change mais le fond reste le même

En gardant le lien avec, les partenaires habituels, les confrères, les jardiniers, les familles, les bénévoles, fournisseurs, il sera toujours plus facile ensuite de relancer la machine ensuite, lorsque nous devrons remettre les activités d’hortithérapie en route.

Habituellement vous manquez de temps pour créer, imaginer des outils, des fiches techniques, évaluations de séances… ? Et bien peut être que c’est le moment de s’y mettre ? 

Si vous êtes un professionnel du paysage, rien ne vous empêche d’envoyer des messages aux établissements pour lesquels vous avez œuvré ou pour lesquels vous débutiez un projet jardin. Vous pouvez sans doute travailler plus au calme sur ces projets et préparer le tout pour l’après confinement. Travaillez vos techniques de croquis, revoir vos déroulés de prestations de services, redonner un coup de neuf à vos outils de communication …

Rester en lien, c’est s’assurer d’un retour plus serein et ne pas tomber aux oubliettes.

Identifier les ressources

Nous avons vu que ce temps de confinement pouvait être pour certains un moyen d’identifier de futurs partenariats.

Peut être y a t’il déjà des personnes en capacité de vous aider pendant ce confinement ? Je pense aux pépiniéristes, horticulteurs, maraichers, qui seront peut être à même de vous garder ou de vous livrer des plants, végétaux… Beaucoup jettent actuellement une grosse partie de leur production car ne peuvent pas les vendre avec les restrictions gouvernementales.

Des professionnels comme les fleuristes, par exemple, qui ont du fermé leur boutique peuvent peut être vous conseiller pour des activités annexes au jardin, en vous apprenant quelques techniques de compositions florales. Voyez avec votre fleuriste le plus proche. Ca pourra être une belle occasion de créer de nouveau liens, en faisant connaître le jardin de soins et les activités qui y sont menées habituellement.

Mais aussi pourquoi pas se rapprocher d’apiculteurs, de vanniers, de potiers, de professeurs…

Soyons créatifs !

Création de jardins de soutien
Il ne faut pas grand chose pour débuter un jardin.

C’est la période des semis. Pourquoi ne pas créer un réseau de soutien ?

Il s’agirait de trouver quelques jardiniers volontaires, ou de proposer à certains jardiniers habituels du jardin de soins de se coordonner et de préparer ensemble mais chacun chez soi, les plants qui serviront lors de la reprise des activités aux jardins.

Ce qui souligne encore une fois la nécessité de rester en contact, de ne pas rompre les liens.

Bénévoles confinés, possédants jardin par exemple, peuvent s’organiser et rajouter quelques graines à pousser. Maintenus en bon état, les petits plants pourront être redistribués le moment venu dans les services, lieux de vie médicalisés ou autre lieux de soins.

Pour diversifier vos plants je vous invite d’ailleurs à mettre au troc quelques unes de vos semences ici. C’est entièrement gratuit et c’est la promesse de jardins de soins riches en biodiversité.

Enfin je pense aussi à des établissements comme les EHPAD par exemple, où certaines personnes âgées seraient sans doute ravis de faire pousser quelques plants sur leur terrasse, balcon ou jardinière ! En leur fournissant un minimum de matériel et semences (peu au final), cela permettrait de sortir psychologiquement ces personnes du confinement et de redonner un sentiment d’utilité en s’occupant ainsi déjà, un peu du jardin de soins de l’établissement. 

Les soignants sont certes débordés mais les solidarités peuvent se mettre à l’œuvre de manières différentes et je suis certaine que si de telles initiatives se mettaient en place, cela serait bien accueilli par les professionnels de santé (entre autres !).

S'informer et informer

Aller fouiller sur la toile, commander des livres, écouter des podcasts, regarder des vidéos, repérer des initiatives inspirantes et tâcher de trouver les coordonnées des porteurs de projets.

Conférences, bibliothèque en ligne, ebook gratuit, forum, site internet,MOOC sont autant de moyens de s’informer et d’avancer.

Au jardin de soins, les sujets ne manquent pas :

  • avancées médicales
  • spécificités de prise en charge des patients avec X ou Y pathologie
  • psychologie
  • techniques de jardinage
  • connaissance des végétaux
  • construction et aménagement du paysage, d’un jardin
  • et toutes les activités annexes que vous souhaiteriez développer au jardin de soins ou pour lesquelles vous aimeriez apporter de la nouveauté ou plus de savoirs.

S’informer donc, mais également informer le réseau, qu’il soit professionnel ou non.

Plus nous parlerons de jardins de soins, plus nous augmentons les chances d’en voir de plus en plus.

Pour aller plus loin

Voici quelques ressources parmi les milliers qu’il y a, en ligne :

La parole est à vous !

Parlez moi de vous et la manière dont vous anticiper le retour au jardin de soins.

Quelles initiatives vous inspirent en ce moment ?

En quoi cette période de confinement, est une opportunité pour vous, dans le domaine du jardin de soins ?

Laissez nous vos commentaires juste en dessous de l’article, afin de …garder le contact, tisser des liens, trouver de nouvelles idées, partager des ressources… bref tout ce dont nous avons parlé juste au dessus ! 😉

Enfin aimeriez vous mettre en place un projet solidaire autour des jardins de soins durant cette période de confinement ?

Faites moi signe ici.

Je partage
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 24
  •  
    24
    Partages
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

11 commentaires

    • Paule Lebay

      Oui c’est d’ailleurs ce que j’explique dans cet article pour les personnes âgées confinées en EHPAD. Effectivement, l’engagement peut se faire pour tous les autres de la même manière. Dans votre jardin de quartier, vous êtes déjà en train de vous organiser vous aussi pour l’après confinement Isabelle ? Comment ça se passe ?

  • cbutin

    Oui, je prépare l’après confinement de différentes manières. Déjà en restant optimiste ça c’est la base de tout.

    – En faisant des semis de tomates, de courgettes et de fleurs sur mon balcon, pour les ateliers en Ehpad qui redémarreront après et pour le jardin partagé auquel j’appartiens.

    – En maintenant les contacts (par tel, visio, mails) avec les différentes personnes que je connais ou pas …..
    J’ai envoyé par exemple des mails de soutien à un très grand nombre d’Ehpad sur Lyon. Ce sont des prospects et c’était aussi l’occasion de me rappeler à eux sans avoir rien à leur vendre. Juste du soutien pour leur montrer que je pense à eux.

    – En continuant à compléter mes connaissances avec de la lecture, des Mooc, des visio conférences sur le jardin et sur le vieillissement.

    Les derniers livres lu : celui de Philippe Walch “Et au milieu de l’hôpital fleurit un jardin” et celui de Pascale d’Erm ” Natura” Pourquoi la nature nous soigne et nous rend plus heureux;

    Les Mooc : qui sont tous gratuits je précise
    Un mooc sur le Vieillissement normal et pathologique de La plateforme du Centre de formation Eval’zheimer
    un mooc sur la permaculture de l’Université des Colibris
    Un mooc sur la Nature en ville qui s’appelle MOOC Nature For City LIFE fait par l’université d’ Aix-Marseille.

    Voilà avec tout ça, pas le temps de s’ennuyer, de déprimer. Faisons de ce confinement une belle opportunité.
    J’espère que ces infos vous seront utiles, comme d’autres m’ont été très utiles quand j’ai commencé à m’intéresser au sujet des jardins de soins et de santé.

    Christine B

    • Paule Lebay

      Merci beaucoup pour ce partage Christine ! Je pense que cela viendra parfaitement compléter cet article grâce aux références que tu as cité. Chouette ! 😉

  • Valentine

    Absolument en accord avec ta philosophie : j’aime dire qu’il est important de cultiver son jardin intérieur. La Joie et l’Amour en sont un terreau fertile 🙂

  • Nico06

    Comment chercher à positiver en regardant devant… Très bon cet état d’esprit ! Clairement je pense qu’après cette crise, le retour des beaux jours aidant les gens vont vraiment mettre la main au jardin… Je prédis un boom de l’activité ! 🙂 Merci pour ton article

    • Paule Lebay

      Merci à toi Nicolas ! Oui je pense comme toi : un boom au jardin. Super ! peut être que cela incitera les directeurs d’établissements, les ARS, l’Etat, les collectivités locales… à d’avantage penser à ce type d’installation auprès des soignants, patients et proches. Croisons les doigts.

      • De lamotte

        Merci pour cet article, qui nous permet de nous projeter dans l’avenir de manière positive!
        Je suis infirmiere en hôpital psychiatrique et nous avons fermé l’accueil en HDJ. Nous gardons un lien telephonique avec chacun des patients chaque semaine, appels attendus avec impatience et nécessaires.
        Cet article me permet de me poser la question du comment on peut aller plus loin dans cette démarche et les aider à eux aussi préparer leur retour au soin. L’idée de faire des semis individuellement pour le partager ensuite dans notre jardin de soin me semble être une chouette idée! La graine c’est l’espoir alors pas besoin de se retrouver pour commencer à se penser ensemble.
        Merci encore pour cet article qui va m’aider à trouver les ressources pour continuer à penser le soin.

        • Paule Lebay

          Je suis tellement heureuse lorsque mes articles trouvent une réelle utilité auprès de personnes de terrain comme vous. Merci beaucoup pour votre commentaire Marion !

Laisser un commentaire

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon bonus : 
"comment créer un jardin thérapeutique à moindre coût"

%d blogueurs aiment cette page :