Animation au jardin,  Livres

Vannerie bucolique

Vannerie bucolique, vannerie sauvage, en voilà une activité connexe totalement raccord avec la philosophie des jardins de soins, où le Vivant est le tiers soignant. Pratique offrant de multiples sources de matières, d’odeurs pour laisser exprimer la créativité de chacun, sous des formes, techniques différents. Plus accessible que la vannerie académique et ses codes rigoureux, la vannerie bucolique, est sans aucun doute un allié de taille dans le jardin de soins et pour les séances d’hortithérapie. Voyons ensemble brièvement, l’intérêt de cette pratique et d’avoir en possession ce livre de Patricia Brangeon, dans votre bibliothèque jardin.

Intégrer la vannerie aux séances d'hotithérapie

Pourquoi la vannerie ?

La vannerie bucolique a bien des avantages d’un point de vue santé.

Elle permet de solliciter notamment :

  • la coordination entre la pensée et l’exécution du geste
  • la capacité à  planifier des tâches, à enchainer une suite de process
  • les postures corporelles
  • l’équilibre
  • les sens : toucher, odeur, vue
  • la dextérité
  • la perceptions visio saptiales
  • la créativité artistique mais aussi à trouver des solutions, à imaginer un projet
  • l’expression des ses envies, de son mode opératoire, de ces difficultés…
  • l’entraide et l’engagement
  • les capacités cognitives
  • les apprentissages fondamentaux (lecture, tri, poids, mesure, compter…)

et bien d’autres éléments encore.

Les projets intéressants pour vos séances d'hortithérapie

Vannerie aléatoire vs vannerie académique

Plusieurs projets sont particulièrement intéressants selon moi dans ce livre sur la vannerie bucolique :

  • La zarzo : une vannerie typique de la côte Nord Ouest de l’Espagne. Servant traditionnellement pour égoutter les fromages, on peut totalement imaginé en faire, un dessous de plat, un support pour des fruits sur une table, par exemple. L’auteure utilise deux planchettes pour maintenir les montants de l’objet au départ mais vous pourriez aussi bien, en fonction du public avec qui vous menez les séances au jardin, faire ce travail de maintien grâce à deux petits sert-joints ou par l’intermédiaire d’une collaboration entre les bénéficiaires (encore mieux !).
  • La panier aléatoire : est véritablement mon projet chouchou de ce livre, car comme le dit l’auteure, celui ci nécessite peu de technique le rendant ainsi très accessible. Contrairement au zarzo, ici l’objet se fait en volume ce qui amène à travailler sur une perception visio-spatiale et cognitive en 3D. Plus accessible également de par la légèreté des matériaux : au choix lianes de lierres, chèvrefeuilles, houblon, clématite… et liens de raphias, ficelle ou jonc. Le rendu est d’une esthétique folle !
  • Le noeud japonais : est LE lien à connaitre impérativement par tout jardinier ! Simple, beau efficace dans sa tâche de maintien et surtout sans conséquence pour la planète, car totalement biodégradable. Pour l’avoir moi même testé, il est très vite intégrable par les plus jeunes, ravis de le mettre en pratique dès que l’occasion se présente au potager. C’est donc le projet utilitaire que je retiendrais dans ce livre. 

Bien entendu, la vannerie bucolique ne se limite pas à ces trois projets. Au total c’est pas moins de 13 idées à réaliser avec les bénéficiaires du jardin. Comme pour chaque activité, à l’animateur de séance d’adapter au mieux chacun d’entre eux en fonction des capacités des uns et des autres. Cette adaptation en elle même peut être un excellent moyen d’expression et de réflexion autour de la résolution d’un problème. L’objectif est celui ci :  “Comment pouvons nous ensemble et avec nos capacités, y arriver ?” Ce qui revient à inter agir pour co-créer.  

Comment la vannerie peut façonner votre jardin de soins ?

Clématite, matériel de vannerie bucolique.

En intégrant ces activités de vannerie bucolique à vos séances d’hortithérapie, vous avez plusieurs solutions quant à la collecte des matières premières :

  • acheter celles-ci à un vannier, osieriste du coin (ce que personnellement je ne recommande pas en premier recours)
  • aller récolter les matériaux dans la nature, au détours de balade et après repérage, identification de chaque plantes utiles avec les bénéficiaires.
  • intégrer des végétaux ressources dans le jardin de soins afin d’avoir ce dont on a besoin sous la main.

Une option n’exclue pas les autres, ce n’est pas du soit, soit, soit… mais peut être davantage du et, et ,et ! Intégrer les bonnes plantes et aller récolter en pleine nature et au besoin partir à la rencontre dans voisin osiériste ! 

L’option 3 permet de façonner votre jardin en fonction de vos besoins : Seront installer dans ce cas des végétaux tels :

  • noisetiers
  • saules
  • tilleul
  • bouleau
  • houblon
  • viorne
  • clématite
  • cornouiller sanguin
  • ou encore lierre et pervenche.

Joindre l’utile à l’agréable voilà une belle manière de modeler cet espace de soins où le Vivant est au cœur du soin

Dites moi :

Quelles sont les activités que vous aimez particulièrement faire au jardin en dehors du jardinage en lui même ?

Retrouver ma bibliothèque de références en ligne.

Je veux voir la bibliothèque.

Ce livre m’intéresse, oui.

Tous les livres Terre Vivante bénéficient d’un lien affilié. Chaque vente faite à partir de plus de vert less béton permet de fournir en partie, à ce site les moyens de s’auto-financer. Merci pour votre compréhension.

Je partage
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 24
  •  
    24
    Partages
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  

5 commentaires

  • Nico06

    Merci pour cette découverte Paule ! Je ne connaissais pas la vannerie… ton article m’a fait pensé aux Mandalas (dessins pour se relaxer).

    • Paule Lebay

      Très rapidement je pense. Vers 3/4 ans on peut déjà faire des petits projets simples en aplat avec une guidance pour les entrelacs.;)

  • laurentlevrot

    Bonjour Paule,
    merci pour ton article! J’ai quelques livre et magazine sur la vannerie à la maison et je n’ai jamais pris le temps de pratiquer ! Ton article me donne envie de prendre le temps ! Ah le temps ! Belle journée.

    • Paule Lebay

      Mais oui Laurent, il faut prendre le temps de s’y mettre. C’est tellement gratifiant de fabriquer, de faire de ses propres mains… et de prendre du temps pour soi. N’hésite pas à nous mettre une petite photo de tes créations à venir !

Laisser un commentaire

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon bonus : 
"comment créer un jardin thérapeutique à moindre coût"

%d blogueurs aiment cette page :